Vivre la plaine de l’Abbaye
Accueil du site > 6. publications > Archive des bulletins > Les quatre saisons de la plaine de l’Abbaye n° 6 / printemps 2007

Les quatre saisons de la plaine de l’Abbaye n° 6 / printemps 2007

dimanche 1er avril 2007, par S.R.

L’étude de la mairie

Tout venant à point à qui sait attendre, la réunion tant de fois différée a eu lieu, nous avons rencontré les personnes chargées par la Mairie de faire des propositions pour l’avenir de la Plaine.

Compte-rendu

Jeudi 5 avril à 14h30, étaient présents au siège de l’association :
-  de la Sté TEMAH Etudes : madame Dominique Chauchon (chargée de l’aspect économique et des activités)
-  du cabinet d’études : monsieur Jean Remi Nègre, Architecte Urbaniste Paysager
-  de l’association : la trésorière et la secrétaire, le vice-président et deux membres de l’association.

Monsieur Nègre du cabinet d’études nous a indiqué que sa mission n’était pas de faire un diagnostic, mais de partir des études déjà effectuées pour proposer un aménagement de la plaine et de trouver des pistes.

Il nous a indiqué que l’inconstructibilité de la plaine est aujourd’hui définitivement décidée.

Il nous a également déclaré qu’il était missionné pour localiser 50 ha susceptibles d’être inondés par les eaux venant du ravin des chèvres. Une masse d’eau de 500.000 m3 peut être prévue pour une crue centennale. En cas de grosses pluies, on doit gérer un débit de 150 m3/sec ; le débit possible actuellement est de 1,5 m3/sec.

Le cabinet devait étudier divers projets tels que la possibilité de création d’un golf, la création d’activités touristiques (chambres d’hôte) ou équestres…

Les deux intervenants se sont montrés très ouverts à toutes propositions qui permettraient de mettre en valeur le territoire de la plaine.

Nous avons présenté l’association, ses objectifs, ses propositions et ses réalisations.

Concernant la zone de 50 ha inondable, nous avons demandé que soit réfléchi un aménagement véritablement intégré au paysage et à la vie de la plaine et de ses habitants, avec :

-  une distinction entre des espaces susceptibles de recevoir les eaux d’une petite crue, d’une crue moyenne ou d’une grande crue ;

-  une protection des habitations et de leurs abords ;

-  des aménagements respectant le paysage rural de la plaine (fossés le long des chemins, étangs temporaires en terrain naturel, réseau de canaux etc...).

Concernant l’aménagement général et la valorisation de la plaine, nous avons insisté sur l’intérêt du caractère rural de la plaine, son intérêt social pour la promenade des citadins, son patrimoine naturel lié au lit du Rhône.

Nous avons proposé que soit mis en forme un aménagement des chemins et des espaces destinés au public, avec la mise à l’écart des véhicules à moteur.

Nous avons également proposé que soient réalisés des jardins familiaux et/ou d’insertion (voir SEMAILLES à Avignon) et facilitée l’installation d’agriculteurs (voir AMAP, un regroupement de cultivateurs bio à Avignon).

Nous avons également indiqué que l’apparition de friches ne nous paraissait pas grave en soi, mais qu’une attention particulière devrait être portée aux dépôts d’ordures.

Concernant les propositions diverses que la municipalité peut recevoir pour la création d’activité dans la plaine, nous avons indiqué que la limitation des véhicules nous paraissait être un des critères de choix.

Nous devons être contactés à nouveau par le cabinet d’études pour refaire le point une fois qu’il aura rencontré l’ensemble des interlocuteurs sélectionnés. D.T.

Notes supplémentaires de N.P. :

Dans les projets d’agriculture abordés nous avons parlé du rôle que nous souhaiterions voir jouer la SAFER pour réguler le prix des terrains, du déclin actuel de l’activité agricole telle qu’elle a été traditionnellement pratiquée dans la plaine et du devenir des friches laissées par l’arrêt d’exploitation des agriculteurs qui cessent leur activité.

On nous à parlé de Zone d’Agriculture Protégée, de Contrats Fonciers entre la collectivité et un exploitant.

Un bon point : nos hôtes nous ont avoué avoir été surpris par le nombre de promeneurs qu’ils ont vus dans la plaine, un matin de semaine.

Les nouvelles de nos projets

- Panneaux pour les castors

Concernant la protection des populations de castors dans le contre-canal de la plaine de l’Abbaye, des représentants de notre association ont rencontré les responsables de la CNR en charge de l’environnement. Un accord de principe a été obtenu pour la mise en place, à plusieurs endroits des chemins bordant le contre-canal, de panneaux expliquant le mode de vie des castors. Le texte suivant a été soumis à la CNR et nous attendons un accord définitif :

« Plusieurs familles de castors vivent dans ce contre-canal. Ces grands rongeurs, de mœurs nocturnes, sont des animaux protégés. Ici ils ne construisent pas de barrages. Ils vivent dans des terriers qu’ils creusent dans la berge et dont l’entrée, située au-dessous du niveau de l’eau, est dissimulée par des amas de branchages. Les castors se nourrissent en partie de l’écorce d’arbres qu’ils abattent à l’aide de leurs dents acérées. L’endroit de la coupe a l’aspect caractéristique d’un crayon taillé en pointe. Si un arbre abattu est enlevé, les castors s’attaqueront à un autre, ce qui nuira à l’environnement paysager. Il est donc strictement interdit de prélever les arbres abattus par les castors. »

- Jardins familiaux /jardins d’insertion

Nous avons prévu d’aller visiter un jardin exemplaire à la Ciotat : « Les jardins de l’espérance », éducation à l’environnement, personnes handicapées, réinsertion (site : http://jardinesperance.free.fr).

-  Un nom pour tous les chemins dans la plaine de l’Abbaye

L’association, en coopération avec la mairie, voudrait attribuer un nom aux principaux chemins de la plaine de l’Abbaye qui n’en sont pas pourvus, et indiquer visiblement les noms à chaque extrémité des chemins (les limites des appellations existantes ne sont pas toujours claires).

Durant Le Déjeuner sur l’herbe qui sera organisé le 06 mai, on pourra consulter le plan indiquant les chemins à dénommer.

Tous les habitants, propriétaires et utilisateurs de la plaine sont conviés à proposer des noms adaptés à chacune de ces voies.

Le point de dépôt de vos propositions : au siège de l’association.

Les papillons

L’hiver n’ayant pas été très rigoureux, certains papillons se sont montrés au cours des plus belles journées : ce fut le cas pour le superbe Vulcain aux ailes rouges et noires qui se pose volontiers sur les chemins aux endroits ensoleillés.

Puis, dès le mois de mars, les Piérides ont fait leur apparition : Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae (respectivement Piéride du chou, du navet, de la rave, en langage plus courant !). Elles sont faciles à repérer grâce à leurs ailes d’un blanc pur.

On peut également voir quelques papillons bruns comme la Mégère ou le Tircis. Si le temps doux persiste, nous pourrons bientôt admirer les Machaons et les Flambés aux ailes plus colorées et à la taille plus importante, en attendant les nombreuses espèces estivales …

A.C.

photo : S.R.

Couple de Pièrides

SPIP | squelette | | Beroux.com Site réalisé par W. Beroux | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0