Vivre la plaine de l’Abbaye
Accueil du site > 6. publications > Archive des bulletins > Les quatre saisons de la Plaine de l’Abbaye n° 27 - été 2012

Les quatre saisons de la Plaine de l’Abbaye n° 27 - été 2012

dimanche 27 août 2017, par Sigrun Reineking

Les oiseaux dans la Plaine

une sortie avec Bruno Grenier le 1 avril 2012

Nous avons pu faire notre sortie de reconnaissance des oiseaux dans la Plaine de l’Abbaye cette année de nouveau avec Bruno Grenier qui sait toujours nous transmettre sa passion des oiseaux si admirablement. Et cette année encore notre groupe de presque 10 personnes a été accompagné par un fort Mistral. Ce qui nous n’a pas empêché de bien ouvrir nos oreilles pour écouter les oiseaux lors de notre balade d’abord en terrain découvert et puis plus protégé du soleil et du vent sous les arbres du contre-canal.

C’est ici que nous avons entendu le Pic vert, le Pic épeichette, la Mésange charbonnière, la Mésange à longue queue, le Pinson des arbres, le Troglodyte mignon, la Tourterelle turc et celle des bois et enfin la Fauvette à tête noir dont nous découvrions un oiseau mort il y a peu de temps sur le chemin. Pourquoi il était mort ? Nous ne pouvions pas le découvrir. Pour voir un de ces oiseaux perché sur une branche et bien caché entre les feuilles, il nous fallait les indications précises de Bruno Grenier. Il nous parlait des préférences des différentes espèces pour tel ou tel hauteur dans les arbres. Le beau jaune du Serin cini nous a aidé pour enfin le découvrir.

Toute au long de ce parcours nous avons entendu le chant du Rouge-gorge familier, très fort et présent cette-fois-ci. Nous allons lui accorder quelques lignes en plus.

« Est-il passereau plus populaire que le Rouge-gorge ? Assurément non ! Avec l’hirondelle et la mésange, il jouit à part égale du statut d’oiseau familier. Pourtant, qui pourrait se vanter de le bien connaître ? »

Vous pouvez lire la suite sur un excellent site : www.oiseaux.net . Le texte est de la plume de Yves Thonnérieux sous le titre « Le Rouge-gorge, pas si timide que ça ! »

Retour sur la partie découverte de la Plaine nous pouvions admirer haut dans le ciel le superbe vol nuptial d’un couple de Milan noir. Peu de temps avant nous avions déjà pu voir le vol nuptial d’un autre oiseau, celui du Verdier d’Europe. Nous cherchions à découvrir de nouveau le Faucon crécerelle vu déjà les années précédentes. Oui, nous l’avons vu, il est toujours là, au même endroit.

Nous avons quitté la Plaine de l’Abbaye avec un salut aux Hirondelles … zigzagant au-dessus de nous et en entendant le Moineau friquet ; heureusement il y en a toujours.

Sigrun Reineking

P.S. : J’ai connu pendant plusieurs années un Rouge-gorge très fidèle à moi et mon jardin. Dès que je sortais pour étendre le linge ou pour aller dans le potager, il se posait le plus proche possible pour me « chuchoter » en sourdine son chant normalement si puissant. Et un hiver, un soir de grand froid, il s’abritait derrière le volet de la fenêtre qu’à demi fermé. J’ai laissé l’autre moitié ouverte qu’il puisse s’envoler facilement le matin. Hélas, le lendemain je n’ai trouvé que ses belles plumes, rouge et grise – mon chat ou un chat du voisinage n’avait pas pu résister à la tentation.

Notre sortie suivante :

La Ripisyle sur l’Îlon, Une balade avec Alain Camard

a dû être annulée à cause d’une belle pluie. Nous cherchons de la reporter sur une date en septembre.

Le Festival de la biodiversité le 13 mai 2012 au Forum des Angles

Texte de Christophe Casacoli de l’association Les Pimprenelles, organisateur du festival :

Le festival de la biodiversité des Angles 2012 a vécu et bien vécu.

Evènement parmi tant d’autres dans le programme des festivités de la région et dans l’agenda de « La fête de la Nature », il a su drainer un public dense et varié.

Ce programme a su respecter ses objectifs d’approche de la richesse de notre biodiversité régionale et de sensibilisation à des pratiques plus cohérentes envers son environnement naturel.

Nous savons déjà que ce rendez-vous a été un des (sinon le) plus riches et attractifs de cette édition de la Fête de la Nature dans la région Vaucluse/Languedoc-Roussillon. De près ou de loin, vous avez donc contribué à ce succès dont le Mistral n’aura finalement pas eu raison.

Pour notre part, même si l’organisation d’un événement de ce type demande beaucoup d’efforts pour une petite structure comme la nôtre, ils sont largement récompensés par le plaisir de découvrir ou de retrouver des passionnés prêts à partager la richesse de leur savoir et de leur savoir-faire.

L’initiatrice de ce festival, la municipalité des Angles a montré sa volonté de voir exister un événement de ce genre en lui accordant les moyens de sa réalisation.

Le souhait des Pimprenelles reste avant tout de créer ces espaces gratuits de rencontre et de partage comme le troc aux plantes, pilier de base de l’association et d’y ajouter un esprit convivial et festif ; la musique faisant partie de cet ensemble.

Dans les jours à venir, nous mettrons à jour notre blog afin d’évoquer cette belle journée.

Nous vous remercions d’avance de faire suivre ce petit bilan en forme de remerciement à celles et ceux qui vous accompagnaient au cours de cette journée et dont nous n’avons pas les adresses.

Nous espérons avoir d’autres occasions de vous retrouver.

Un grand merci à vous.

Les Pimprenelles

P.S. : Nous avons beaucoup apprécié le choix des exposants et les contacts entre nous et avec les visiteurs ont été formidables.

NATURA 2000, invité de la Plaine de l’Abbaye à Villeneuve

Samedi 27 mai, l’association Vivre la Plaine de l’Abbaye avait invité deux techniciens du Parc naturel régional de Camargue, Stéphan Arnassant et Laura Dami afin qu’ils présentent le réseau Natura 2000 et ses spécificités dans la plaine de l’Abbaye.

A partir de 9h30, une vingtaine de participants ont ainsi pu découvrir lors d’une visite de la plaine, les habitats naturels et les espèces qui seront plus particulièrement protégées par cette directive européenne. En effet, le Rhône aval, c’est-à-dire les 150 km du fleuve depuis le nord du Vaucluse à la mer est identifié dans la directive Habitat comme devant faire partie du réseau de protection européen. Le PNR a été désigné comme maître d’ouvrage pour la constitution de son document d’objectif. De nombreux bureaux d’études sont en ce moment en cours d’inventaire des espèces et des milieux naturels du fleuve, de ses îles et de ses abords. Après la partie inventaire viendra la concertation avec tous les acteurs de manière à décider quelles sont les bonnes pratiques dans ce site.

La visite a fait étape devant les stations caractéristiques de la plaine : bord du Rhône, digue, contre canal, ripisylve (c’est-à-dire forêt du bord des eaux), bords de chemins et friches anciennes, roselières (constituée de roseaux), prairie humide et roubine.

A chaque halte, des commentaires permettaient de mieux comprendre les mécanismes naturels et leurs interactions avec les actions humaines, ainsi que de mieux connaître la faune et la flore caractéristiques de ces milieux. Orchidées, tortues, écureuils et divers insectes ont notamment pu être identifiés au cours de la promenade.

Quelques nouveaux projets ont également émergés lors de cette rencontre :

- Il a été souligné l’importance des boisements le long du contre canal, non seulement pour les castors mais également pour l’ensemble de la faune liée à ce milieu. L’association compte prendre contact avec la CNR à ce sujet pour discuter de la possibilité de reboiser davantage les berges du contre canal.

- Les chauve-souris dont toutes les espèces sont protégées fréquent quotidiennement la plaine. Elles ont besoin pour se déplacer et pour leur gîte d’été d’un maillage arboré. Le PNR de Camargue identifiera les différentes variétés présentes et pourra réfléchir à ce maillage. Une nuit de la chauve-souris sera peut être organisée dans la Plaine au mois d’août.

- Certaines parties de la plaine en roselière et en prairie humide, comme celle qui se trouve à son extrémité sud, près de la route, pourraient servir de refuge à certains oiseaux : Une démarche sera engagée par l’association auprès de la Ligue de protection des oiseaux et de la municipalité pour créer à cet endroit un refuge LPO.

Un grand merci au PNR de Camargue qui a bien voulu consacrer du temps à cette sensibilisation très appréciée.

David Tresmontant

Roquette sauvage la pie volage

Voleuse et rockeuse

La sève émerge autour des berges

Du canal : banal

Car chaque année cette beauté

La nature l’assure

Violettes fleuries et pissenlits

Promeneurs joggeurs

L’humain, par sa présence dans la Plaine, contribue à lui donner forme, à lui donner sens, à y construire par son travail comme par sa contemplation sa reliance à soi, aux autres, au monde (Bolle de Bal, 1996). Quel désamour de soi, de l’autre de du monde conduit à déverser dans ce site préservé des sacs entiers de déchets de construction, de jeter au canal un ordinateur usagé, de laisser sur place la canette vidée ou le préservatif empli ? Dans les deux derniers cas, peut-être un manque d’anticipation, la peur de salir son propre sac ou sa propre voiture, et le choix de polluer plutôt la terre de l’autre, l’eau et le paysage de tous. Dans les deux premiers cas au contraire, une anticipation qui interroge : aujourd’hui, des sites de décharge permettent à chacun de se débarrasser de ce dont il n’a plus l’usage et en garantissent un traitement qui limite la nocivité. Il faut tout autant un véhicule pour transporter un ordinateur usagé ou des sacs de gravas sur le bord du contre canal que pour se rendre à la déchetterie. Alors, déverser ses déchets polluants dans la Plaine de l’Abbaye, cela signifie avoir anticipé de le faire, s’être organisé tout spécialement pour cela. A l’heure où l’éducation à la citoyenneté trouve sa place dans toutes les écoles, où tout adulte est soumis par des canaux multiples à une sensibilisation aux questions de responsabilité sociale, de développement durable et d’écologie, l’ignorance ne peut être invoquée. Je n’imagine pas que les auteurs de ces pollutions ignorent qu’ils polluent. Or « Connaître c’est donner des sens à un savoir, sens qui ne peuvent être que personnels. […] Toute l’ambiguïté est bien là : c’est le même savoir, énonçable, objectivable, formalisable, et pourtant il ne signifie pas la même chose pour moi et pour autrui, il n’est pas chargé des mêmes affects, des mêmes représentants, il ne contribue pas de la même façon à mon équilibre psychique, je n’ai pas le même désir de l’entendre ou de ne pas l’entendre ou d’entendre seulement une partie, je ne souhaite pas en faire la même chose qu’autrui, et notamment que celui ou celle qui me l’a donné. » (Hatchuel, 2007). C’est bien dans ce passage du savoir à la connaissance que se jouent les enjeux identitaires du sujet. Nous avons tous des savoirs que pour autant nous laissons de côté dans notre agir au quotidien au profit de ce qui nous arrange davantage à cette occasion, par exemple dans le champ de la sécurité routière, de la nutrition, du tourisme, etc. La connaissance est éminemment subjective, puisque le rapport au savoir est le produit du rapport que le sujet entretient au monde, aux autres et à lui-même (Charlot, 1997). Le sens, le désir est éminemment individuel. Membres de l’association Vivre la Plaine de l’Abbaye, ce que nous avons en commun, au-delà de nos biens plus nombreuses divergences, se situe dans une représentation d’un usage du site de la Plaine de l’Abbaye qui favorise la mise en valeur du lieu comme espace de travail, de vie, de loisir, et de détente. Ainsi était formulé l’un des trois objets que nous avons assignés à cette association lorsque nous l’avons créée en 1999. Quelles actions pouvons-nous entreprendre afin de limiter ces dépôts ou abandons de déchets sur la plaine ? Comment agir sur le comportement d’autrui lorsqu’il ne rencontre pas le projet de notre association si, comme j’ai cherché à le montrer, il s’agit finalement d’agir sur le désir de l’autre, sur son rapport à lui-même, à autrui et au monde ? Au nom de quoi le ferions-nous ? Est-ce légitime d’en avoir le projet ?

Valérie Guillemot

Et pour la fin : 2 invitations pour découvrir des aspects différents de la plaine.

1er ANNIVERSAIRE DES JARDINS PARTAGES DE LA PLAINE DE L’ABBAYE

10h visite guidée des jardins

11h le milieu végétale et les "bestioles" dans les jardins par Alain Camard

12h apéritif gourmand et musical offert par les jardiniers suivi d’un déjeuner tiré du sac si vous le souhaitez

16h chasse au trésor pour les enfants à partir de 6 ans

SAMEDI 23 JUIN 2012

Villeneuve lès Avignon

L’association AIR LIBRE est heureuse de vous inviter

à l’inauguration de la 3ème édition du sentier art et environnement

"Chemin faisant"

Dimanche 17 juin à 10h30

Rendez-vous sur le parking du restaurant "Le Potager de la Tour" à Villeneuve lès Avignon

Nous parcourrons la Plaine de l’Abbaye à la découverte des installations en compagnie des artistes invités : Myriam du Manoir et Yoann Crépin

Un apéritif offert par la ville et les membres de l’association clôturera la balade.

Prévoir 2h30 de visite environ, des bonnes chaussures, de l’eau et un chapeau !

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Beroux.com Site réalisé par W. Beroux | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0